Le sacré à l’ère de la crise

Rome, 26 - 31 juillet 2022

Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve (Friedrich Hölderlin)
Les épreuves aident beaucoup à se détacher de la terre, elles font regardez plus haut, au-delà de ce monde (Sainte Thérèse de Lisieux)

Nous proposons une réflexion sur les concepts de sacré et de crise. Peut-on définir l'époque contemporaine comme une période de crise? Et dans quel sens? C'est certainement une crise économique, sociale et politique. Mais ne vivons-nous pas aussi une crise de certitudes et de valeurs qui sont progressivement devenues de plus en plus relatives? Et, dans ce contexte, quel rôle peut jouer le sacré? Et l’éclipse du sacré annoncée qui aurait laissé la place à une société de plus en plus sécularisée est-elle vraiment devenue réalité?

Il s'agit de répondre à ces questions sous différents points de vue qui caractérisent les divers domaines disciplinaires de notre association: médico-psychologique, psychanalytique, anthropologique, religieuse, théologique, historique, sociologique, philosophique, gardant bien présent à l'esprit qu'en milieu clinique on est souvent appelé à intervenir dans des situations de crise.

Toutefois, lorsque le thème Le sacré à l'ère de la crise a été conçu, personne n'aurait pu imaginer que peu de temps après nous nous retrouverions au milieu d'une urgence planétaire sans précédent, celle du Covid-19 qui, en plus que sanitaire est, en même temps, sociale, psychologique, économique et religieuse. L'épidémie, en fait, ainsi que les règles avec lesquelles les gouvernements ont tenté de contenir les contagions, a profondément changé les habitudes de vie des individus et des communautés, modifiant de manière non négligable les modes habituels de pensée de chacun. De plus elle a radicalement transformé les possibilités mêmes d'accéder à des expériences cultuelles, notamment l'interdiction de pouvoir célébrer des funérailles pour les proches disparus.

Dans une place Saint Pierre “déserte”, mais dont les images et les mots ont atteint le monde entier, le Pape Francesco a déclaré: "Dans ce monde malade qui est le nôtre, nous avons continué imperturbables, avides de gain, nous faisant absorber et étourdir par la hâte et pensant que nous pouvons toujours rester en bonne santé".

Dans l'immense malaise que cette pandémie a comporté, les occasions pour réfléchir dans une perspective absolument nouvelle et inédite sur ce qui tend plus profondément à constituer la véritable essence du sacré n'ont pas été rares, de sorte que, comme cela arrive avec de nombreuses expériences de crise, celle-ci aussi aura pu finalement favoriser une croissance, offrant la possibilité de redéfinir les valeurs fondamentales de notre existence que nous avons si souvent tendance à oublier pris par le tourbillon insensé des futilités quotidiennes.